définition des marqueurs textuels

Pour écrire correctement un texte, il est nécessaire de répondre à certaines exigences de base. Ainsi, il est essentiel de respecter les règles de grammaire, de se conformer aux règles d'orthographe et d'utiliser un vocabulaire adapté à chaque contexte.

De même, pour que l'écriture ait une cohérence interne et un fil argumentatif, il est nécessaire d'utiliser une série de marqueurs textuels, c'est-à-dire un ensemble de structures linguistiques brèves et indépendantes qui servent à structurer, anticiper et relier les phrases.

Leur objectif est d'améliorer la cohérence et la cohésion interne d'une écriture.

Différentes modalités de marqueurs textuels

Si nous voulons souligner ou renforcer une évaluation, nous pouvons utiliser différentes formules, telles que «le plus important», «en d'autres termes», «c'est-à-dire», «c'est-à-dire», «pour être plus explicite», etc.

Si nous avons l'intention de structurer ou d'organiser un argument avec un certain ordre hiérarchique, nous pouvons utiliser les formules suivantes: "premier", "pour finir", "d'autre part", "dernier", "aussi", etc.

Si vous souhaitez communiquer une idée d'approximation, vous pouvez utiliser les marqueurs suivants: «autour», «approximativement», «certains», etc.

Pour établir une relation causale, certaines structures sont utilisées: «ainsi», «alors», «par conséquent», «donc» ...

Si le but du message écrit est de faire des comparaisons, les marqueurs textuels les plus courants sont "comme" ou "comme".

Les marqueurs d'opposition les plus courants sont: «mais», «encore», «même ainsi», «cependant» et «nonobstant».

La probabilité ou le doute est véhiculé par des formules telles que «peut-être», «semble-t-il», «peut-être», etc.

Parfois, des marqueurs textuels sont utilisés qui fournissent une certaine continuité à un discours, comme «alors» ou «après avoir dit cela».

Dans la communication orale, certaines structures sont utilisées pour faire des commentaires en marge et sans rapport direct avec le message, comme «au fait» ou «maintenant que j'y pense».

Éléments qui aident à interpréter un texte ou un message oral

Les marqueurs ou connecteurs textuels permettent d'établir des relations entre deux ou plusieurs idées qui maintiennent une certaine connexion logique. Sans une bonne utilisation de ces structures, le texte perd sa cohérence et sa signification.

D'autre part, c'est une ressource linguistique qui permet de transmettre des idées correctement et couramment dans le processus d'argumentation. L'utilisation d'un marqueur ou d'un autre peut être décisive pour bien exprimer un message.

D'un point de vue linguistique, les connecteurs textuels sont des éléments périphériques, c'est-à-dire qu'ils ne font pas partie de l'énoncé de base, mais sans eux, il serait impossible d'interpréter le sens d'un texte.

Les marqueurs les plus courants sont les organisateurs, les connecteurs, les reformulateurs et l'argumentatif. Ces éléments font partie de la communication écrite et orale.

Photo: Fotolia - Tinica10