définition du mouvement

Le mouvement, pour la mécanique, c'est un phénomène physique qui implique le changement de position d'un corps qui est immergé dans un ensemble ou un système et ce sera cette modification de position, par rapport au reste des corps, qui sert de référence pour remarquer ce changement et ceci grâce au fait que chaque mouvement d'un corps laisse un trajectoire.

Le mouvement est toujours un changement de position par rapport au temps. Par conséquent, il n'est pas possible de définir le mouvement s'il ne se fait pas dans un contexte défini, à la fois en termes d'espace et de temps.

Même si c'est frappant, ce n'est pas la même chose d'en parler mouvement et de déplacement, puisqu'un corps peut changer de position sans sortir de sa situation dans le contexte général. Un exemple est donné par l'activité du cœur, qui constitue un mouvement sans déplacement associé.

Pendant ce temps, la physique, qui est l'étudiant fidèle de ce phénomène, a deux disciplines internes qui se consacrent, séparément, à approfondir ce thème du mouvement. D'une part est cinématique, qui traite de l'étude du mouvement lui-même; d'autre part, il décrit la dynamique, qui traite des causes qui motivent les mouvements.

La cinématique, puis, étudiez les lois du mouvement des corps à travers un système de coordonnées. Il se concentre sur l'observation de la trajectoire du mouvement et le fait toujours en fonction du temps. La vitesse (vitesse qui change de position) et l'accélération (vitesse qui change la vitesse) seront les deux grandeurs qui nous permettront de découvrir comment la position change en fonction du temps. Pour cette raison, la vitesse est exprimée en unités de distance par rapport aux mesures de temps (kilomètres / heure, mètres / seconde, parmi les plus connues). Au lieu de cela, l'accélération est définie en unités de vitesse par rapport à ces mesures de temps (mètres / seconde / seconde, ou comme préféré en physique, mètres / secondes au carré). Il est à noter que la pesanteur exercée par les corps est aussi une forme d'accélération et explique une grande partie de certains mouvements standardisés, comme la chute libre ou la projection verticale.

Le corps ou la particule peut observer les types de mouvement suivants: rectiligne uniforme, rectiligne uniformément accéléré, circulaire uniforme, parabolique et harmonique simple. Les variables associées à chacune de ces actions dépendent du cadre dans lequel ledit mouvement est effectué. Ainsi, en plus de la distance et du temps, dans certains cas, l'incorporation d'angles, de fonctions trigonométriques, de paramètres externes et d'autres expressions mathématiques plus complexes est nécessaire.

Et revenant, le dynamique il traite de ce que la cinématique ne fait pas, c'est-à-dire des facteurs qui provoquent le mouvement; À cette fin, il utilise des équations pour déterminer ce qui déplace les corps. La dynamique a été la science mère qui a cédé la place à la mécanique traditionnelle et qui permet de passer de la construction d'un vélo au voyage spatial moderne.

Mais toute cette vaste connaissance dans l'étude du mouvement que nous avons exposée ci-dessus est sans doute aussi due aux grands savants qui, depuis le XVIIe siècle, faisaient déjà des essais et des tests pour avancer sur ce sujet. Parmi eux se trouvent le physicien, astronome et mathématicien Galilée, qui a étudié la chute libre des corps et des particules sur des plans inclinés. Ils ont suivi Pierre Varignon, avançant dans la notion d'accélération et déjà au XXe siècle, Albert Einstein, a apporté plus de connaissances sur le sujet avec la théorie de la relativité. La grande contribution de ce remarquable physicien allemand a été de concevoir qu'il n'y a qu'une seule variable absolue dans l'univers connu, qui est précisément un paramètre cinématique: la vitesse de la lumière, qui est la même en totalité dans le vide du cosmos. Cette valeur a été estimée à environ 300 000 kilomètres par seconde. Les autres variables définies dans la cinématique et la dynamique sont relatives à ce paramètre unique, qui est reconnu comme un paradigme pour définir le mouvement et comprendre ses lois, qui ne semblent pas différer dans la vie quotidienne et dans les grands centres d'évaluation scientifique de notre civilisation technologique.