définition de l'abus

Le mot abus est utilisé pour désigner toutes ces façons d'agir qui impliquent un certain type d'agression ou de violence.

Comportement qui implique une agression contre les autres

Comme le dit le même mot, la violence est une façon de mal traiter quelqu'un, de s'adresser à cette personne ou d'être agressif, avec des insultes, des cris et même de la violence physique.

La maltraitance est dans tous les sens préjudiciable à la personne qui la reçoit, car elle peut entraîner des blessures graves si l'attaque est physique et aussi des blessures émotionnelles et psychologiques lorsque la violence est verbale.

Dans les sociétés où la violence est une méthode de communication courante, la violence est constante parmi les différents membres de la communauté, mais aussi de milliers de façons différentes, ce qui signifie que la violence n'est pas exclusive à un sexe, à un groupe. région ou d'un type de trait physique.

Il existe encore de nombreuses sociétés dans lesquelles prévalent encore des formes plus simples de communication et des valeurs de respect, de tolérance et de communauté.

La maltraitance est un grand danger tant pour ceux qui en souffrent que pour ceux qui l'exercent.

En effet, en exerçant des abus, une personne peut facilement se sentir de plus en plus intéressée à le maintenir, à le reproduire et à le rendre visible dans autant d'espaces que possible.

Le pouvoir de l'abus

L'abus donne du pouvoir à ceux qui l'exercent puisqu'il suppose qu'il y a quelqu'un de l'autre côté qui souffre et qui est vu, au moment de l'abus ou même plus tard, diminué par cette agression.

En ayant du pouvoir, une personne peut devenir plus agressive et plus déterminée à rechercher plus de pouvoir en échange de plus d'abus.

S'il n'est pas correct d'établir des généralisations, la réalité nous montre que les mauvais traitements envers certains secteurs ou groupes sociaux sont de plus en plus courants et dangereux.

Les femmes, les enfants et les personnes âgées, les destinataires les plus vulnérables et les plus courants de la violence dans ses diverses manifestations

Ainsi, les femmes, les enfants, les personnes âgées, les immigrés, les humbles, les animaux sont certaines victimes d'abus et cela doit dans une large mesure à cause de leur absence de défense et de la croyance générale que ces groupes sont responsables de quelque tort ou de cela, ils sont sans défense, ils peuvent plus facilement être maltraités par les autres.

La violence familiale, qui est ce comportement d'agression violent et répété, se produit comme son nom l'indique au sein d'une famille, étant l'un de ses membres celui qui l'exécute, généralement le père de la famille, bien qu'il y ait aussi des cas de femmes qui maltraiter leurs enfants et leurs maris.

Ce sont surtout les déséquilibres de pouvoir qui en sont à l'origine, et les enfants et les femmes sont les bénéficiaires les plus récurrents.

Bien qu'elle puisse survenir dans des cas mineurs, la violence familiale ne survient pas d'un moment à l'autre mais est le résultat d'un long processus.

En raison de ce qui précède, il est essentiel de le signaler tôt, car malheureusement les cas de réalité nous le montrent lorsque cela ne se produit pas, et qu'il est réduit au silence et caché, les conséquences peuvent être mortelles pour ceux qui la subissent quotidiennement.

Signalez toujours la violence familiale

La violence familiale peut impliquer des abus physiques, psychologiques, sexuels et économiques, ces derniers se manifestant par le contrôle obsessionnel des dépenses du conjoint, lui interdisant de gérer son propre argent, restreignant les dépenses et même l'empêchant de donner son avis sur ce qui est dépensé, autres.

Dans ces cas de parents séparés, il est courant que le père exerce ce type d'abus, par exemple en refusant à son ex-épouse le quota alimentaire pour les enfants du couple.

Face à une situation de violence familiale, il est important que chacun sache qu'il doit le signaler dès la première manifestation, alors il sera peut-être trop tard ...

Certes, la plainte doit être déposée par la personne qui en souffre ou par un membre de la famille qui constate cet état de fait.

Si possible, la deuxième chose à faire est de quitter la maison si la personne violente ne le fait pas et de se rapprocher des parents de confiance qui servent de confinement.

Le rapport doit être fait au poste de police le plus proche de la maison ou dans les centres dédiés à ce type de cas.

Ensuite, la police devra intervenir auprès de la justice, qui sera finalement celle qui décidera des démarches à suivre et des sanctions correspondantes.